top of page

Programmes

SPLENDEURS CLASSIQUES

Photo promo 2.png

LUIGI BOCCHERINI
Symphonie op. 12 n°4 (La Casa del Diavolo et n°17
Avec au choix :
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour clarinette KV 622 (Pierre Génisson, clarinette)
ou
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Airs de concert (avec soprano)
ou
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto (sur demande)
Direction : Amaury du Closel

Depuis 2020, L'Orchestre les Métamorphoses s'est engagé dans la redécouverte des symphonies de Luigi Boccherini (1743-1805). Ce dernier n'est aujourd'hui plus guère connu que par quelques œuvres mineure, alors que son œuvre symphonique est comparable à Haydn et Mozart. Il fournit dans un programme consacré à la période classique une alternative lumineuse à ces derniers - lui qui fut inspiré par les paysages italiens et l'Espagne où il passa de nombreuses années comme compositeur de la Cour. Pierre Génisson ou l'étoile montante complètent heureusement cette exploration du répertoire du XVIIIe siècle, donné dans un souci d'une interprétation historiquement informée.

NUITS ENCHANTEES

Photo promo 1.png

JAN SIBELIUS
Rakastava
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Serenata Nocturna KV 239
ARNOLD SCHÖNBERG
La Nuit transfigurée op. 4
ou
JAN SIBELIUS
Rakastava
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Eine kleine Nachtmusik, Serenade KV 525 (à notre manière)
ARNOLD SCHÖNBERG
La Nuit transfigurée op. 4
 

Direction : Amaury du Closel

La nuit inspire incontestablement l'imagination des compositeurs. Elle évoque une large palette d'impressions, de la légèreté des fêtes galantes aux mystères de l'amour. La "Petite musique de Nuit" de Mozart est un parfait exemple de cet esprit : oeuvre banalisée par l'usage qu'en font les répondeurs téléphoniques, elle cache en réalité des merveilles d'invention et de mystère. Le travail d'interprétation qu'en a fait L'Orchestre Les Métamorphoses - basé sur l'idée d'un concerto grosso alternant solistes et tutti, les ornements libres, les recherches sonores, voire l'adjonction de cadences instrumentales - lui donne une nouvelle vie. A cette légèreté retrouvée, La Nuit transfigurée oppose toute l'expressivité du poème de Dehmel sur lequel l'oeuvre est basée. Amaury du Closel, élève de Schönberg, lui insuffle l'incandescence romantique exigée.

LE CHANT DE LA TERRE

Photo Promo 3.png

GUSTAV MAHLER (ARRANGEMENT SCHÖNBERG/RIEHN) :
Das Lied von der Erde
 

Direction : Amaury du Closel

Directement issue de l’Association pour les Exécutions musicales privées de Schönberg, la pratique de l’arrangement sous ses deux aspects – réalisation et recours à des oeuvres arrangées en concert – a alimenté chez Amaury du Closel toute une vie musicale fondée sur la volonté de diffuser des répertoires les plus diversifiés possibles pour un public le plus large. Réalisé le plus souvent sous contrainte économique, l’arrangement se vit au quotidien comme un équilibre entre désir et réalité. C’est ici le désir qui prime, celui d’affronter des chefs- d’oeuvre comme celui de Gustav Mahler.
Schönberg, conscient de l’importance de l’oeuvre, en avait commencé la réduction en 1921, pour donner à un public d’amateurs la possibilité de se confronter à elle. L’Orchestre Les Métamorphoses reprend à son compte cet objectif et relève le gant avec enthousiasme.

LA CANTATE DU MARIAGE

Photo promo 4.png

GEORG FRIEDRICH HAENDEL
Ouverture et airs d'Alcina
ANTONIO VIVALDI
Concerto pour 2 hautbois RV 535
JEAN-SÉBASTIEN BACH
Cantate n°210 dite "du Mariage"

Direction : Amaury du Closel

L’amour... cette thématique tellement prisée par les compositeurs est relayée par les musiciens de l’Orchestre Les Métamorphoses. D’abord en jouant la «Cantate du mariage», œuvre de Jean-Sébastien Bach pour soprano et orchestre de chambre, l’ensemble dévoilera une partition d’amour composée en l’honneur d’un mariage. Puis ils content l’histoire d’amour inspirée d’un poème d’Aristote mis en musique par Georg Friedrich Haendel, entre Ruggiero et Alcina l’enchanteresse qui transforme les hommes attirés sur son île en rochers, ruisseaux et autres bêtes sauvages. Quelle autre surprise réservera l’amour ?

TOUT FEU, TOUT FLAMME

Promo 7.png

CARL VON DITTERSDORF
Symphonie No.2 en ré majeur "La Chute de Phaëton"

JOHANN-CHRISTIAN BACH (ornementation WOLFGANG AMADEUS MOZART)

Cara la dolce fiamma KV. 293e
WOLFGANG AMADEUS MOZART
Bella mia fiamma, addio KV.528 air de concert
JOSEF HAYDN
Symphonie n°59 en la majeur "Le Feu" Hob. I :59


Direction : Amaury du Closel
Soprano : Jeanne Mendoche

Les éléments ont toujours fasciné les compositeurs. Parmi eux, le Feu tient une place prépondérante. Qu’il évoque les flammes de l’amour comme chez Mozart et Handel, ou la violence dramatique du char solaire de Phaéton s’abattant sur terre, ou de l’évocation d’un incendie comme chez Dittersdorf ou Haydn, le Feu se propage dans la musique de ces compositeurs comme une traînée de poudre. Chez Haydn, il est même à l’origine du style Sturm und Drang (tempête et passion) du compositeur, qui ouvre la route au romantisme, puisque ce dernier s’ouvre avec cette symphonie éponyme.
Ce brasier fantastique est alimenté par l’enthousiasme des musiciens de l’Orchestre Les Métamorphoses.

bottom of page