Erwan-Floch-191211-Dom_Finance,_hotel_Sa

CONCERT

VIENNE FIN DE SIÈCLE

9 octobre | Opéra de Reims

10 octobre Les Rendez-Vous de l’Histoire - Blois

23 mars | Opéra de Reims

15 avril | Opéra de Reims

Cycle de concerts avec le Forum Voix Étouffées

à l'Opéra de Reims

Le cycle de trois concerts proposés par le Forum Voix Etouffées invite à la découverte d’un répertoire rare et inexploré, celui des années de l’entre deux guerres, dont on ne retient aujourd’hui que les noms de Richard Strauss pour la musique allemande, ou Maurice Ravel pour la française.

La disparition quasi totale des programmes de concerts de noms comme Franz Schreker, Alexander von Zemlinsky, Paul Hindemith, est en grande partie due au fait que ces compositeurs furent mis au silence au sommet de leur carrière par le régime nazi.

Véritable charnière entre la période post-romantique et l’avant-garde postérieure à la Seconde Guerre mondiale, ce cycle de concerts est une vitrine de la diversité créatrice de cette période, où les formes musicales traditionnelles s’ouvrent à de nouveaux styles (post-romantisme, Nouvelle Objectivité, jazz, danse contemporaine telle que la font vivre des chorégraphes ou artistes comme Loïe Fuller, les sœurs Wiesenthal, égéries de la Sécession viennoise, Isadora Duncan, Rudolf Laban) et aux nouvelles expériences créatrices inspirées par l’apparition de nouveaux moyens techniques (radio, cinéma).

Principal courant des arts visuels et de l’architecture de la « Vienne fin de siècle », la Sécession connut également son équivalent dans le domaine musical avec des compositeurs comme Franz Schreker, Alexander von Zemlinsky ou Erich Wolfgang Korngold, voire l’Arnold Schoenberg des débuts, tous liés à la figure tutélaire de Gustav Mahler.
La juxtaposition de ces lieder met particulièrement en relief leur complémentarité esthétique et leur diversité stylistique. Alors que près de 30 ans les sépare, les liens de l’opus 13 de Zemlinsky (1913) avec les Chants d’un compagnon errant de Mahler (1884-1885) sautent aux oreilles, mais leur arrangement pour ensemble de chambre par Schoenberg et ses disciples au début des années 20 (à l’exception des lieder n°1, 3, 4 et 6 arrangés par Amaury du Closel) souligne la diversité des orchestrations mises en œuvre.

ŒUVRES JOUÉES
► Gustav Mahler (arr. Arnold Schoenberg) : Chants d’un compagnon errant
► Alexander von Zemlinsky (arr. Amaury du Closel) : 6 Chants à partir de poèmes de Maurice Maeterlinck, opus 13
► Rudolf Karel : Nonette

AVEC
Baryton : Jiwon Song
Orchestre Les Métamorphoses
Direction : Amaury du Closel

Vendredi 9 octobre 

"Vienne fin de siècle"

Pour les jeunes compositeurs issus de la Première Guerre, le jazz représente une formidable opportunité de renouvellement du langage musical. Il est associé à la plupart des mouvements d’avant-garde de l’époque, tel le Groupe Novembre auquel participent Stefan Wolpe et Erwin Schulhoff, et trouve sa consécration dans l’ouverture de la première classe de jazz au Conservatoire Hoch de Francfort, confiée à Matyas Seiber. Son incarnation en 1926 dans l’opéra d’Ernst Krenek Jonny mène la danse suscite des réactions racistes particulièrement violentes de la part des conservateurs et des nationaux-socialistes, qui manifestent contre l’ouvrage à Berlin et à Vienne.
En 1930, le jazz est interdit en Thuringe par le ministre nazi de la culture du Land, Wihelm Frick, et subira le même sort dans l’Allemagne entière à partir de 1933, où les établissements publics devront inscrire sur leurs murs la mention « Swing verboten ». Redécouvrons avec l’Orchestre Les Métamorphoses la fraicheur apportée par ce nouveau langage dans la musique européenne de l’entre-deux guerres.

ŒUVRES JOUÉES
► Stephan Wolpe : Suite from the twenties
► Emil Burian : Suite américaine 0.0.Sax.0/0.1.0.0/Pno, batt./ 1.0.0.1.0 10’
► Matyas Seiber : 2 Jazzolettes
► Kurt Weill : Alabama Song
► Karl Amadeus Hartmann : Tanz Suite
► Erwin Schulhoff : Hot Sonata

AVEC
Orchestre Les Métamorphoses
Direction : Amaury du Closel

Mardi 23 mars 2021

Wolpe, Burian, Hartmann, Seiber, Schulhoff, Kurt Weil 

"Swing Verboten"

L’éclatement des modèles qui caractérise les années vingt se traduit par l’exploration de nouvelles sonorités au travers de formations instrumentales d’une douzaine de musiciens. Ces formations, d’une grande diversité instrumentale, caractérisent tous les genres, du néo-clacissisme au jazz en passant par l’atonalité. Elles s’adaptent également aux nouvelles formes de musique d’accompagnement, qu’il s’agisse de la danse moderne de l’époque ou du cinéma. L’émancipation de la danse et sa sortie dans carcans classiques est caractérisée pendant la même période par une avant-garde en quête de découvertes et d’exploration, voire d’expérimentations formelles, comme ce fut le cas pour Isadora Duncan, par exemple. Le présent programme propose la recréation d’un ballet de deux danseurs qui interprèteront l’œuvre comme une « performance » accompagnée par l’orchestre.

ŒUVRES JOUÉES
► Franz Schreker : Der Wind
► Paul Hindemith : Der Dämon
► Ernst Toch Tanz-Suite
► Darius Milhaud : La création du monde
► Karl Amadeus Hartmann : Burleske Musik

AVEC
Orchestre Les Métamorphoses
Direction : Amaury du Close

Jeudi 14 avril 2021

Schreker, Hindemith, Toch, Milhaud, Hartmann

"Danse nouvelle"

Concert avec le Forum Voix Étouffées 

Aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois

Principal courant des arts visuels et de l’architecture de la « Vienne fin de siècle », la Sécession connut également son équivalent dans le domaine musical avec des compositeurs comme Franz Schreker (1878-1934), Alexander von Zemlinsky (1872-1942) ou Erich Wolfgang Korngold (1897-1957), voire l’Arnold Schoenberg (1874-1951) des débuts, tous liés à la figure tutélaire de Gustav Mahler (1860-1911).

L’un des points communs entre les compositeurs évoqués ci-dessus est leur appartenance au judaïsme, parfois abandonné pour pouvoir faire carrière dans un empire austro-hongrois finissant où l’antisémitisme tient alors une place croissante. En 1933, la totalité de leurs œuvres est interdite par les nouveaux maîtres de l’Allemagne. Conséquence de l’exil ou de la déportation de la plupart des compositeurs juifs de l’époque, et à l’exception de Mahler dont la résurrection sera chose faite dans les années 1960, il faudra attendre les années 2000 pour que les autres compositeurs reprennent une modeste place dans la conscience du public.
Zemlinsky appartient à cette catégorie de compositeurs, qui s’exila en 1938 pour mourir en 1942 à Larchmont près de New York. Sa musique traduit sa proximité avec celle de Mahler, dont il était l’assistant à l’Opéra de Vienne et par ailleurs le beau-frère, mais aussi l’influence du mouvement de la Sécession et du symbolisme. Le choix de Maeterlinck pour son opus 13 n’est à ce point de vue pas un hasard. Fluidité de la ligne, liquidité de l’harmonie caractérisent fortement le style de travail de Zemlinsky pendant les années 1910.
Parmi les compositeurs déportés, nombre d’entre eux furent assassinés à Auschwitz fin 1944, après avoir fait une étape au camp de Theresienstadt (Terezin), qui était non seulement un ghetto modèle à but de propagande organisé par les nazis en 1941, mais également une prison de la Gestapo où étaient notamment internés les résistants tchèques à l’occupant, tel Rudolf Karel (1880-1945), l’un des derniers élèves d’Anton Dvorak.
Composé à Terezin, avec de très faibles moyens (du papier hygiénique comme support et des éclats de bois noircis au charbon animal) son Nonette est une œuvre symbolique de la résilience et de l’espoir face aux conditions des détenus dans les camps. L’œuvre a été conservée avec la complicité d’un gardien tchèque qui faisait sortir feuillets par feuillets de la prison sans que l’auteur ait pu avoir l’opportunité de relire son travail. Les conditions d’hygiène étaient terrifiantes et les cellules surpeuplées. Karel, au seuil de ses 65 ans, affaibli par les privations, contracta la dysenterie. Le 5 mars 1945, l’adjoint du commandant du camp ordonna le rassemblement des détenus de la cellule des malades où se trouvait Karel dans la cour de la petite forteresse pour une séance d’épouillage. Sur la vingtaine de malades qui subirent ce martyr, nus dans le froid glacial, neuf moururent le lendemain, dont Karel.

ŒUVRES JOUÉES
► Gustav Mahler (arr. Arnold Schoenberg), Chants d’un compagnon errant
1. Wenn mein Schatz Hochzeit macht
2. Ging heut' morgen über's Feld
3. Ich hab' ein glühend Messer
4. Die zwei blauen Augen von meinem Schatz
► Alexander von Zemlinsky (arr. Amaury du Closel), 6 Chants à partir de poèmes de Maurice Maeterlinck, opus 13
► Rudolf Karel, Nonette

AVEC 
Baryton : Jiwon Song
Orchestre Les Métamorphoses
Direction : Amaury du Closel

Samedi 10 octobre 2020

  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube

© Orchestre Les Métamorphoses.